Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Albert Bayiha Pondi : l’éducation avant tout

Albert Bayiha Pondi : l’éducation avant tout

L’ex employé de la chambre du commerce et de l’industrie de Douala a milité en faveur de la construction d’une école auprès des habitants du village de Tayap, dans le centre du Cameroun. Avec succès.

par Ophélie Colas des Francs

Assis à l’ombre du safoutier devant sa maison à Tayap, Albert Bayiha Pondi profite d’une retraite bien méritée, après une longue carrière au sein de la chambre du commerce et de l’industrie de Douala. L’homme aux cheveux gris n’a rien d’un oisif. Dans son champ, impeccablement entretenu, poussent des citronniers, des cacaoyers, des bananiers, des bitter colas… Des cultures qu’il entretient avec soin. Albert accueille le visiteur avec un sourire. Sa voix, lente, claire, s’anime peu à peu. Il accompagne son récit de gestes de la main. Pas de doute, il aime parler du village et de sa communauté. Aujourd’hui, Albert raconte l'histoire de l'école. Une histoire qu'il ouvre avec une citation de Nelson Mandela: « C’est grâce à l’éducation que la fille d’un paysan peut devenir médecin, que le fils d’un mineur peut devenir chef des mines, que l’enfant de travailleurs agricoles peut devenir Président d’une grande nation. ». Le ton est donné.

Une école informelle créée par ses habitants

Cette année, l’école de Tayap fête sa quinzième année. Un établissement jeune, donc, qui a surgi de terre grâce à la mobilisation des habitants. Il y a une vingtaine d’années, une cinquantaine de personnes originaires de Tayap et Omog, le village voisin, installés à Douala ou Yaoundé, ont créé l’Association des ressortissants d’Omog et de Tayap pour le développement (AROTAD): « Nous avons fixé comme priorité l’ouverture d’une école. A cette époque, au village, les enfants devaient faire une dizaine de kilomètres et il n’y avait pas de moto taxi. » Albert sait mobiliser les troupes. Pour financer l’établissement, les villageois s'investissent. Certains travaillent gratuitement pour une compagnie forestière qui leur fournit en échange des tôles.

Ainsi, une école informelle, c’est-à-dire sans financements de l’Etat, bâtie des mains des villageois ouvre en 2000 à Tayap. " Pendant trois ans, nous avons payé le maître" se souvient Albert. Parallèlement, l’association multiplie les démarches auprès de l’administration pour transformer l’établissement en école publique. Des financements sont obtenus auprès de l’Organisation internationale pour la Francophonie (OIF) pour construire le puits de l’école.  L’école publique a été inaugurée en 2004. Les deux premières années, tous les cycles étaient complets, les élèves, une centaine, étaient consciencieux". La fréquentation, malheureusement se met à fléchir par la suite. Aujourd'hui, l'école de Tayap ne compte plus que 8 élèves. En cause, les instituteurs qui, d’après les villageois, arrivent en retard le matin.

Les parents, estimant que le niveau s’est dégradé, n’hésitent pas aujourd’hui à payer une moto-taxi pour envoyer leurs enfants dans l’école du village voisin. Albert ne cache pas sa déception. " Il faudrait recruter les professeurs nous-même mais les habitants ne sont pas prêts à payer.  Je suis résigné mais je ne regrette rien. Cette école, nous avons bien fait de la construire. C’est notre fierté". L’association des parents d’élèves ne ménage pas ses efforts pour motiver les instituteurs. Elle reste optimiste. Le passé l’a montré : la mobilisation porte ses fruits. Gageons que l’école de Tayap saura à nouveau attirer les enfants du village.

 

 

 

Panier

Connectez-vous pour profiter de notre boutique en ligne.

Se connecter avec :

Facebook Connect
Votre adresse email

Partenaires

Actualités

Restez connectés en lisant nos informations actualisées. Pour assurer une véritable proximité, les populations vous racontent leurs vécus et les évolutions du village. Illustrées de photos, ces nouvelles nous permettent de capitaliser nos actions de façon participative.

Lire les nouvelles

Ce magazine annuel met en exergue le génie des hom­mes qui œuvrent au ser­vice du dé­ve­lop­pement local dans les villages africains. Re­trou­vez les person­nalités at­ta­chées aux ru­ra­li­tés afri­caines. C’est aussi une mine d’astuces pour la vie quotidienne, des conseils mode, santé, nutrition et beauté.

Lire les articles

Doté d’options interactives et complémentaires, ce support renforce les outils mis en place par AGRIPO pour faire connaître les vergers écologiques de Tayap et inciter au développement durable des villages africains.

Voir le webdoc

Ce jeu musical sur tablette et téléphone mobile amène les enfants de 8-12 ans à découvrir les mystères d’une forêt ravagée par les hommes. À travers ce jeu interactif, les joueurs comprendront l’importance de respecter la forêt, nécessaire à l’équilibre de toute la communauté.

Télécharger le jeu

Wikivillages - Plantes du Cameroun - portail Bassa

Agripo soutient la diffusion d'informations sur le développement rural au Cameroun à travers la rédaction et la diffusion d'articles sur les villages, les plantes tropicales et la communauté Bassa sur Wikipedia.


Boutique et réservation

L’écotourisme soutient le dévelop­pement durable du village. Cette mise en valeur des ressources locales constitue une source de revenus complémentaire pour la communauté. L’offre comporte les hébergements et les activités écotouristiques.

Formulaire

Billong ne manque ni de compétences, ni de charme, et… elle a aussi un sacré caractère. Heu­reu­se­ment ! Car s’il fal­lait com­pter uni­que­ment sur le zèle des anges ou les in­can­ta­tions du sor­cier, ja­mais le pe­tit vil­lage de Ta­yap n’au­rait trou­vé le tré­sor ca­ché…

Acheter le livre

Entrez dans notre boutique en ligne, nos produits biologiques vous y attendent : fruits et légumes tropicaux, huiles, plants agro­forestiers. Par vos achats, vous soutenez notre démarche de développement responsable.

Toute la boutique

Découvrez les spécificités, la richesse et la moder­nité de la gas­tro­no­mie de Tayap. La cui­sine tradi­tion­nel­le a été revisitée en incorporant les produits des Vergers de Tayap…
Toutes les saveurs tropicales arrivent dans votre assiette !

Acheter le livre

Vous pouvez nous encourager dans nos actions en faisant un don grâce au lien suivant. Votre participation est importante, et nous vous en remercions !